Bitcoin, la crypto qui refuse de mourir

By 29 décembre 2018News

Bitcoin, la cryptomonnaie phare, a été annoncé comme « morte » ou destinée comme tel, plus de 90 fois par les principaux médias depuis le début de l’année et plus de 330 fois tout au long de sa courte existence. Alors que cette année, le bitcoin a fêté ses 10 ans et, alors que son prix a chuté, beaucoup voyaient sa fin.

Selon la page « Bitcoin Obituaries » sur 99Bitcoins, la cryptomonnaie est en train de mourir depuis 2010. Depuis lors, les principaux médias se sont concentrés sur le bitcoin et l’ont déclaré mort pour un certain nombre de raisons (son algorithme et le semi-anonymat).

Bien que le bitcoin « meure » depuis huit ans maintenant, l’écosystème de la cryptomonnaie a attiré plus d’attention lorsque la BTC est passée d’un peu plus de 1 000 dollars en janvier 2017 à près de 20 000 dollars décembre.

Notamment, la montée en puissance de plus de 1 800 % du bitcoin a amené les principaux médias à le déclarer « mort » plus de fois que lors de sa chute de plus de 80 % de cette année. Comme CryptoGlobe l’a couvert, plusieurs personnalités du secteur financier de premier plan critiquent la cryptomonnaie phare et prétendent qu’elle échouera.

Ceux-ci incluent le directeur général de JP Morgan, Jamie Dimon, qui a critiqué le bitcoin à plusieurs reprises, et a conclu que les investisseurs devraient « se méfier » de BTC, ainsi que l’investisseur milliardaire et le directeur général de Berkshire Hathaway, Warren Buffett.

Buffett a notamment affirmé que l’achat de bitcoin n’était pas un investissement et, avec le vice-président de Berkshire, Charlie Munger, l’avait comparé à de la « démence ». Cette année, nous avons également vu Nouriel Roubini, un économiste renommé connu sous le nom de Dr Doom , prétendre que le Bitcoin est la « mère de toutes les escroqueries ». À l’époque, il a déclaré :

« Jusqu’à présent, le seul véritable usage de Bitcoin a été de faciliter des activités illégales telles que le trafic de drogue, l’évasion fiscale, la suppression des contrôles de capitaux ou le blanchiment d’argent. »

Roubini est depuis devenu un critique bien connu sur la cryptomonnaie, qui a notamment affirmé que la technologie de la blockchain n’était qu’un « tableur glorifié », que le bitcoin n’était pas vraiment décentralisé et que les monnaies numériques de la banque centrale détruiraient BTC et d’autres crypto « sans valeur ».

Les critiques de Bitcoin incluent également des journalistes financiers et des PDG dans d’autres domaines. La dernière « mort » de Bitcoin est apparue sous la forme d’un article d’Engadget publié par Daniel Cooper, qui affirmait que

« Bitcoin n’a jamais été qu’un moyen pour les fraudeurs et les bourreaux fiscaux de brûler du carbone », il représente « tous nos pires excès ».

Pensez-vous qu’on verra la même tendance en 2019 ?


Cet article n’est pas une recommandation d’investissement dans les cryptomonnaies et ICO. Ces investissements sont risqués et spéculatifs. VaTeFaireDécrypter publie des articles les plus objectifs possibles et ne peut être tenu pour responsable en cas de pertes liées à des placements de la part de ses lecteurs. VaTeFaireDécrypter ne fait pas garantie de l’exactitude des informations de ce document.

Bitcoin, la crypto qui refuse de mourir
3.5 (70%) 2 vote[s]

Also published on Medium.

Roméo VEGA

Author Roméo VEGA

More posts by Roméo VEGA

Leave a Reply