Iran et Bitcoin, une affaire qui secoue les principes de la crypto

By 3 décembre 2018News

Mercredi, le Trésor public Américain a passé un cap sans précédent: il a révélé deux utilisateurs iraniens de Bitcoin, en publiant publiquement leurs adresses de portefeuille.

Bloomberg, a déclaré que cette décision « affaiblissait l’un des principaux arguments de vente de Bitcoin ».

Mais pour comprendre ce qui se passe vraiment ici, nous devons revenir en arrière.

Une brève histoire de l’Iran et de la crypto

L’été dernier, sous l’ombre des sanctions américaines à venir, les médias iraniens ont annoncé que leur gouvernement envisageait le lancement de sa propre cryptomonnaie soutenue par l’État comme moyen d’atténuer les conséquences des sanctions. En principe, ça avait du sens: si les États-Unis empêchent de faire des affaires avec l’Iran, alors l’Iran pourrait transférer une partie de ces business vers la blockchain, où les transactions sont plus difficiles à contrôler.

Un transfert d’une banque américaine à une banque iranienne, par exemple, n’est pas difficile à repérer. Il existe des noms, des adresses et des pays associés aux deux comptes, et ces transferts transitent souvent par des banques intermédiaires, générant des preuves papier supplémentaire. Mais un transfert cryptographique peut aller directement d’une adresse de portefeuille anonyme à une autre, sans lier des particuliers, des sociétés ou des pays à la transaction.

Les moyens d’échanges traditionnels ayant pris des mesures pour supprimer l’accès des commerçants iraniens sanctionnés, il n’existe aucun moyen d’empêcher complètement les utilisateurs iraniens (y compris le gouvernement) d’effectuer des transactions dans une monnaie décentralisée comme le Bitcoin. Et jusqu’à mercredi, certains Iraniens ont peut-être pensé pouvoir envoyer Bitcoin en secret.

Que s’est-il passé mercredi?

En termes simples: le gouvernement américain a publié les noms et adresses bitcoins de deux Iraniens, Ali Khorashadizadeh et Mohammad Ghorbaniyan, qui échangeaient les paiements de rançon en Bitcoin liés au système SamSam (pour rappel, SamSam est une attaque informatique visant à crypter vos données pour ensuite, demander une rançon pour qu’elles soient restituées). Les États-Unis ont montrés qu’il y a eu plus de 200 victimes de cette attaque et que Khorashadizadeh et Ghorbaniyan sont les véritables noms dérrières ces adresses Bitcoin.

Et ils ont apparemment été assez actifs; Selon le département du Trésor, la paire « a utilisé ces deux adresses de devise numérique pour traiter plus de 7 000 transactions, pour interagir avec plus de 40 wallets, y compris certains basés aux États-Unis, et pour envoyer environ 6 000 bitcoins correspondant (au momant des faits) à une valeur de plusieurs millions de dollars US, dont certains bitcoin provenant de SamSam ransomware « .

Comme Bitcoin est global et décentralisé, les fonctionnaires du Trésor n’ont aucun moyen de bloquer l’une ou l’autre de ces adresses ni d’en retirer les fonds. Mais cette annonce a encore fait des vagues dans le monde de la crypto car elle a confirmé que les autorités sont à la fois capables et à l’aise d’attribuer de vrais noms à des adresses Bitcoin.

Pourquoi c’est important?

La conclusion la plus directe de cette annonce pourrait être que Khorashadizadeh et Ghorbaniyan auront beaucoup de difficulté à traiter avec ces adresses de portefeuille, ou via Bitcoin en général, en supposant que les autorités puissent continuer à détecter les portefeuilles qu’ils utilisent. Tous deux ont été ajoutés à la liste des sanctions du Département du Trésor, ce qui signifie qu’il est illégal de faire affaire avec eux. Si les autorités peuvent déterminer leur identité, elles peuvent probablement aussi identifier qui se cachent derrière les portefeuilles Bitcoin qui traitent avec elles. Par conséquent, travailler en connaissance de cause avec l’un ou l’autre représente un risque énorme.

À l’échelle nationale, l’annonce est une mauvaise nouvelle pour les Iraniens. La plate-forme d’échange cryptographique ShapeShift, par exemple, semble avoir bloqué les transactions des utilisateurs iraniens (même via un VPN), selon des sources iraniennes qui ont parlé à Coinbase. Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi les entreprises voudraient faire preuve de prudence – personne ne veut être la cible de poursuites du gouvernement américain pour violation des sanctions, mais cette annonce pourrait créer une stigmatisation empêchant les citoyens iraniens ordinaires capables d’effectuer des transactions avec des cryptomonnaies. Cela pourrait également pousser certains utilisateurs iraniens à utiliser des crypto plus respectueuses de la vie privée, comme le Monero.

Il y a aussi des implications mondiales. L’annonce est un coup porté à l’idée que Bitcoin est entièrement anonyme et privé. L’annonce soulève la question: maintenant quoi? Les commerçants acceptant le Bitcoin, devront-ils constamment vérifier l’identité de leurs clients ou risquer d’être en infractions? Et si des acteurs malveillants tels que Khorashadizadeh et Ghorbaniyan créaient simplement de nouveaux portefeuilles Bitcoin, le Trésor serait-il suffisamment rapide pour d’en rendre compte et informer les utilisateurs de crypto? Nous ne savons pas encore. Le ministère du Trésor n’a pas précisé comment il avait lié ces adresses de portefeuille à de vraies identités. Il n’y a donc aucun moyen de deviner à quelle vitesse ils pourraient le faire à nouveau.

À court terme, cependant, cette nouvelle ne semble pas avoir eu d’impact significatif sur les prix des cryptomonnaies.


Cet article n’est pas une recommandation d’investissement dans les cryptomonnaies et ICO. Ces investissements sont risqués et spéculatifs. VaTeFaireDécrypter publie des articles les plus objectifs possibles et ne peut être tenu pour responsable en cas de pertes liées à des placements de la part de ses lecteurs. VaTeFaireDécrypter ne fait pas garantie de l’exactitude des informations de ce document.

Noter cet article
Roméo VEGA

Author Roméo VEGA

More posts by Roméo VEGA

Leave a Reply